Activités pour développer le langage

Une communication naturelle

J’ai voulu vous montrer sur cette page que tout est prétexte à langage pour peu que vous y mettiez de l’intention.

Il est possible évidemment de communiquer avec son enfant avec un minimum de langage, ce qui lui apportera certainement beaucoup au niveau du plaisir à partager une activité avec vous mais peu au niveau de son développement du langage…ou au contraire de le noyer dans un flot de paroles, ce qui risque soit de le déconcentrer soit de le dégoûter de vous écouter et dans ce cas il peut très bien décider de ne plus vous écouter ou tout simplement d’arrêter son jeu.

Une communication simple et naturelle reste le meilleur moyen pour partager le plaisir d’une activité avec son enfant tout en lui donnant l’occasion d’apprendre des mots dans une situation concrète et ludique. 


Exemple 

Vous fabriquez un pantin en papier :


Situation sans langage ou presque :

Vous prenez les ciseaux et commencez à découper le pantin vous glissez une paire de ciseaux à votre enfant et dites « tiens, continue ».


Situation avec un trop plein de langage :

« Je prends la paire de ciseaux, je commence à découper le pantin sur la feuille de papier, regarde, je suis bien la ligne, je fais attention de ne pas mordre sur le ligne, ce serait dommage d’abîmer le pantin, tu ne trouves pas ? C’est difficile mais je me concentre, regarde, je tiens bien les ciseaux. Oh la ! J’ai failli couper le contour du visage, regarde, ici, tu vois ? Mais bon, je me suis arrêté(e) à temps, ouf !  C’est à toi maintenant de continuer, prends une autre paire, la bleue qui est spéciale pour toi car elle est sans danger, tu te souviens, je t’ai expliqué, il y a un arrêt au bout d’une lame pour que les lames ne se croisent pas et ne te pincent pas le doigts. La paire est à côté des crayons, tu la vois ? Les crayons sont à gauche, les ciseaux à droite. Allez à toi, fais bien attention de suivre les lignes, tiens bien les ciseaux entre le pouce et l’index comme je te l’ai déjà appris, et tu laisses le majeur, l’annulaire et l’auriculaire repliés, … »

Il ya tout à parier que l’enfant a décroché depuis longtemps et ne vous écoute plus.


Situation d’échange naturel :

Vous prenez les ciseaux « Je commence pour te montrer et puis ce sera à ton tour, si tu en as envie ».

Vous commencez à découper : « Bon, ce n’est pas facile, j’essaye de rester sur la ligne. A toi maintenant, tu en as envie ? Alors, je préfère que tu utilises tes ciseaux. Ils sont à côté des crayons. Vas-y à ton aise, nous ne sommes pas pressés, nous avons tout le temps. »

L’enfant découpe. Il dérape et entame la silhouette. Il se fâche ou se plaint. « Tu es fâché (triste) parce que les ciseaux ont dévié. Ca m’arrive aussi, mais ce n’est pas grave. » Vous cherchez ensemble une solution : soit l’enfant désire recommencer un autre pantin, soit il accepte de continuer, soit il refuse de continuer, soit vous en riez ensemble et décidez que le pantin sera accidenté ou vous en faites un monstre soit, soit, à vous de voir ensemble.

Le principal est de garder le plaisir de l’activité.

Il ne s’agit pas ici de vous dire comment vous devez faire, loin de là. Vous êtes les parents et connaissez bien votre enfant. Mais je désirais simplement vous expliquer comment aider au mieux l’enfant à progresser dans son langage. Le langage n’est pas seulement une suite de mots construits suivant une grammaire précise. Il est avant tout communication et échange. Apprendre à votre enfant à exprimer ses sentiments, à argumenter, à faire des demandes, à avoir un esprit cririque est tout aussi important que de lui donner un bon bagage de vocabulaire.

Dans la vie quotidienne

 Plusieurs activités de la vie quotidienne sont un bon prétexte à la stimulation du langage. 

- quand vous cuisinez, invitez votre enfant à vous aider : il apprendra des mots tels "verser", "peser", "ouvrir", "fermer", "ranger", "prendre", "laver", "tourner", "déposer".... , "doucement", "lentement", "vite"..."l'armoire", "le tiroir", "la balance", "la cuillère en bois ou en plastique", "la spatule", "le bol"... et tous les noms des ingrédients courants tels "le beurre", "la farine", "l'huile" etc.  


- quand vous mettez la table, demandez qu'il participe; c'est l'occasion d'apprendre le nom des objets de la table, de verbes tels : "porter", "déposer", "placer", "choisir" et de mots bien particuliers comme "le tien", "la place de...", "à côté", "en dessous" etc.


- lorsque l'enfant s'habille, que de mots à découvrir! Essayez d'utiliser des mots précis : "le polo", "le pull", "le short", "le pantalon", "la salopette", "la jupe", "la robe", "le tee-shirt", "la chemisette", "le bouton", "la tirette", "le scratch", "la languette", "les pantoufles", "les baskets", "les lacets", "les sandales", "les bottes"...la liste est longue et au plus vous êtes précis, au plus le langage de votre enfant s'enrichit.


- les courses sont aussi l'occasion de découvrir le vocabulaire des fruits, des légumes, de la nourriture, des produits ménagers...demandez à votre enfant de prendre tel ou tel article dans les rayons, n'ayez pas peur de négocier avec lui s'il veut de articles et que cela ne vous arrange pas, cela fait partie de son éducation et il aura le sentiment que vous le considérez comme une petite personne à part entière. Les notions de "plus tard, ce n'est pas le moment, ce n'est pas possible pour le moment, tu demanderas à  St Nicolas, Père Noël, pour ton anniversaire (etc.), je ne suis pas d'accord, cela ne me plaît pas que tu aies telle chose, ce n'est pas bon pour ta santé, d'accord pour ça mais c'est exceptionnel, tu peux si..., que penses-tu de..., je vais réfléchir, nous en reparlerons tout à l'heure... " sont importantes et indispensables pour que l'enfant ait les outils qui lui permettront de raisonner et de négocier dans la vie. C'est aussi l'occasion d'apprendre à l'enfant à mettre des mots sur ce qu'il ressent et de se rendre compte de ce que l'autre peut ressentir : "tu es triste, déçu(e), tu es content(e), tu es impatient(e), tu en as très envie, il faudra patienter, c'est dur, je suis fâché(e), je suis fière (fier) de toi, je suis fatigué(e), je n'ai pas envie... " .


- rangez sa chambre, son bureau, son cartable avec lui pour nommer ce qu'il fait et les objets qui l'entourent.


- regardez la télévision ou un film ensemble : parlez avec votre enfant de ce que vous voyez, expliquez-lui, écoutez-le, exprimez votre ressenti, mettez des mots sur ses émotions, sur ce qu'il voit. Un enfant sourd ne profite généralement que des images et beaucoup de choses lui échappent, il est nécessaire de l'accompagner dans cette situation.


- les promenades, le jardinage, les visites, les déplacements en voiture, en transport en commun, voilà autant d'occasion d'apprendre des mots nouveaux et d'avoir des échanges avec son enfant.


- le soir, quand la journée s'achève, quand le rythme de la journée ralentit, profitez-en pour avoir un bon moment de détente avec votre enfant et si c'est possible, racontez-lui une histoire avec ou sans livre, l'important est que ce soit un moment de plaisir pour tous les deux. Prenez le temps, assurez-vous qu'il comprend ce que vous lui racontez, et s'il redemande la même histoire plusieurs soirs de suite, faites-le, c'est que chaque fois il en retire des choses importantes pour lui.


Je vous donne ici quelques situations courante de la vie, mais vous en trouverez d'autres. 

Dans des activités ludiques

Bien sûr, il y a les jeux de société que vous trouvez dans le commerce et ceux, par exemple,  que je vous propose dans le site axés sur le langage. Mais il y a d'autres activités très utiles.

 

La peinture sur papier   

 

Avec les doigts, avec un pinceau, avec un peigne, une pomme de terre coupée, une éponge, des pochoirs, une paille... L'occasion de découvrir : "mains, doigts (les noms des doigts, oui oui !), rouge, noir, jaune(les couleurs), transparent, appuyer, rincer, écraser, contourner, tourner, nettoyer, frotter, sécher, mélanger, rond, carré, soleil, fleur (les motifs), propre, sale, taché, uni, rayures, pointillés, quadrillage, carreaux, traits, coloré, beau, sombre, clair, trace, mou, liquide etc. »

Voici un petit truc d'institutrice pour éviter les catastrophes : utilisez un petit biberon avec la tétine inversée comme pot d'eau. L'enfant passe le pinceau à travers la tétine pour rincer son pinceau dans le biberon. Si le biberon se renverse, il y a très peu d'eau qui se répand.



La peinture avec de l'eau sur des pierres (de votre terrasse, du trottoir, d'un mur en briques...)

 

Peindre avec seulement de l’eau des motifs qui disparaissent en séchant…

 

Avec un pinceau gros, fin, carré, rond l'enfant peint avec de l'eau sans peinture des motifs éphémères... Les mots qu'il apprendra : "disparaître, mouillé, sec, comme on veut, envie, place, espace, surprise, trait, rond, grand, petit, boucle, ...".



Le papier mâché 

 

Recette :

 

http://www.teteamodeler.com/boiteaoutils/creativite/fiche190.asp

 

L’occasion de découvrir : « mou, gai, gluant, colle, mélanger, malaxer, enfoncer, mains, doigts, ongles, poignets, relever, manches, couches » et le vocabulaire autour de la peinture (cf. ci-dessus)

 

La pâte à sel 

 

Recette :

 

http://www.pate-a-sel.org/

 

 

C’est l’occasion d’apprendre des mots à l’infini : ex. « farine, eau, sel, mesurer, mélanger, pot, tasse, bol, tourner, cuire, four, doucement, fort, aplatir, salir, poudre, nez, menton, saucisse, boudin… » et tout ce qui tourne autour des motifs ou personnages ou objets façonnés au cours de cette activité.

 

Les marionnettes en papier, en tissu ou à doigts :

Inutile de préciser ici tout le vocabulaire susceptible d’être abordé au cours de la fabrication d’abord et ensuite au cours des jeux avec les personnages… Citons quand même les matières telles « papier, carton, tissu, laine, coton, synthétique, doux, mou, rigide, épais, mince, souple… »

 

Les tableaux de feuilles mortes 

 

Le plaisir de cette activité commence par le ramassage de feuilles à l’automne. C’est l’occasion de s’attarder sur les couleurs, les formes, la taille des feuilles à ramasser. Bien sûr, il vaut mieux ne garder que celles qui ne sont pas atteintes par la moisissure ou déchirées mais parfois il y a des petites merveilles tâchées et un peu abîmées…à vous et à votre enfant de voir. Il est intéressant de le laisser choisir les feuilles qu’il aime (« tu la trouves belle, même si elle… », « nous allons quand même la ramasser, nous verrons si… », « c’est ton choix, prenons-la, même si … » etc.).

 

Ensuite, vient le séchage : « glisser » les feuilles « entre » des pages de viel « annuaire de téléphone » ou de « liasses de papier journal », « attendre quelques semaines » qu’elles soient bien sèches.

 

Et puis, laisser libre cours à l’imagination de l’enfant pour coller (un bêton de colle fait tout à fait l’affaire) les feuilles sur du papier. Ou bien lui proposer une thème (un arbre, un personnage, des fleurs, une maison) que vous pouvez amorcer sur une feuille et qu’il continuera. Je vous place ici quelques exemples que vous pouvez imprimer ou reproduire, ce sont juste des idées testées sur mes enfants et qu’ils ont appréciées. Vocabulaire : « remplir, habiller, superposer, joindre, attacher, disposer, fragile, délicat, doucement, tige… ».

 

Il y a plein d’autres bricolages et activités à partager avec votre enfant : la plasticine, la fabrication de pompons, la couture, le tricotin, coudre avec de la laine des tableaux, les fleurs en papier, fabriquer des mobiles. Vous avec certainement plein d’idées.

 

Voici si vous le désirez quelques liens vers des sites de bricolages pour les enfants :

 

 

http://www.teteamodeler.com/

 

http://www.hugolescargot.com/recherche-facile-rapide.htm

 

http://www.grandiravecnathan.com/activites-bricolages-faciles-enfants.html

 

http://auxpetitesmains.free.fr/Bricolages.htm

 

http://www.momes.net/bricolages/bricolages.htm

Vous trouverez beaucoup d’autres sites consacrés au bricolage pour enfants, à vous de choisir celui qui vous conviendra.